26000 jeunes à dépister dans l'Adamaoua par vacances sans sida

La campagne intègre cette année une approche participative via les réseaux sociaux.
Mercredi dernier, à l’esplanade des services du gouverneur de l’Adamaoua, des jeunes vacanciers ont l’air studieux. 68 pairs-éducateurs, deux encadreurs sont mobilisés. Pour lancer l’édition 2016 de la caravane « Vacances sans sida », les promoteurs ont misé sur le symbole et la proximité. Les vacances étant une période de « mobilité » pour les jeunes, c’est logiquement, comme chaque année que vient d’être lancée, à cette période, la caravane. 
De même, ont relevé les officiels à cette cérémonie « les jeunes sont plus vulnérables en cette période ». Ainsi, jeunes scolaires, universitaires et sans emploi ont été conviés. Le thème de cette année, à savoir « Sida : les go disent stop ! » avait une interpellation particulière à la jeune fille de l’Adamaoua. Dans les faits, la région de l’Adamaoua enregistre un taux de pourcentage de 7,1% chez les femmes contre 2,3% chez les hommes. 
La coordonnatrice du groupe technique régional de lutte contre le Sida, Dr Kameni Bibiane a relevé que « les femmes sont nettement plus vulnérables et plus exposées que les hommes à l’infection au VIH, ce qui justifie le choix du thème de cette année ». La campagne de sensibilisation a connu une innovation majeure avec l’intégration de deux groupes Whatsapp et Facebook dédiés. Les jeunes peuvent y poser leurs diverses préoccupations sans tabou. 
Au sein de ses réseaux sociaux, des spécialistes de la santé encadrent, et conseillent. « Au soir du 28 août prochain, date de clôture de la caravane, 26 000 jeunes devront avoir été sensibilisés et dépistés », promet Dr Kameni Bibiane. A cette occasion, la sensibilisation dans différents quartiers aurait atteint leurs cibles jeunes afin de réduire à sa plus simple expression tout risque de contamination aux IST.  
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie