Réseaux sociaux: les administrations se connectent lentement

Sur Facebook, quelques services publics ouvrent des pages pour s’adapter à la modernité mais l’intérêt demeure relatif

Read also : Ciment : le sac à 4.600 F

 

Read also : Renouvellement des organes de base du RDPC : ça démarre le 7 août

Les administrations publiques de Douala qui ont recours aux nouvelles technologies afin de communiquer ou de rendre leurs services aux usagers ne sont pas nombreuses. « La plupart se limite aux publications sur des sites Internet dédiés ou plus rarement des pages Facebook », indique Sandrine Ngodi, délégué départemental de la Communication pour le Wouri. En l’absence de demandes d’accompagnement, le service de tutelle en matière de communication observe sans grand intérêt le phénomène qui n’est pas mesuré.

Read also : Vaccin Johnson & Johnson : plus de 300 000 doses réceptionnées

Et pourtant, en ville, le recours à Facebook pour s’informer, se divertir et même commercer est devenu un phénomène ordinaire. S’il n’existe aucune consigne officielle en la matière, quelques initiatives pointent leur nez. En tapant dans un moteur de recherche les mots-clefs jeunesse, éducation civique, littoral, Cameroun, délégation… l’on peut accéder par exemple à la page Facebook et au site Internet de la représentation régionale du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique pour le Littoral. Sauf incident.

Read also : Jeux olympiques Tokyo 2020 : le Cameroun prend ses marques à Hita

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category