Transport urbain: pas de grève lundi

A l’issue d’une concertation dimanche dans les Services du Premier ministre, le Collectif des syndicats des transporteurs routiers a décidé de lever son mot d’ordre.

La roue du dialogue social a tourné dans le bon sens entre le Collectif des syndicats des transports routiers et le secrétaire général adjoint des Services du Premier ministre, Pascal Nguihe Kante. En effet, sur instructions du Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, une rencontre de crise a été organisée dimanche à Yaoundé. Et après plusieurs heures de débats, le mot d’ordre de grève des transporteurs programmée ce jour a été levé. Le communiqué qui a sanctionné les échanges souligne « l’implication personnelle du Premier ministre, chef du gouvernement, dans la résolution des revendications ». Et les signataires, responsables des syndicats, disent « privilégier le dialogue social franc et sincère prôné par le chef de l’Etat, Paul Biya, artisan de la paix ». De plus, tous expriment leur volonté de laisser libre cours aux différentes concertations engagées par le gouvernement et les assureurs.
Les assureurs et le ministère des Transports. Voilà les partenaires du secteur des transports sur qui pèsent les griefs. Le porte-parole du collectif, Patrice Samen, note, par exemple, qu’à la faveur de la réforme sur les assurances, « la périodicité de paiement de la prime passait de trois à six mois et le montant à 163 383 F. Or, nous payons six mois aujourd’hui à 125 128 F.  Il y avait donc une forte augmentation ». Autre grief qui a inspiré le mouvement du « moteur mort dès ce lundi », le non-paiement des sinistres par les assureurs. Ce qui est lié au non-respect des mécanismes en la matière prévus par la  loi et à l’absence de la commission sur les sinistres. Au niveau du ministère des Transports, les transporteurs revendiquent l’application d’une vignette unique et la signature d’un arrêté qui organise le transport péri-urbain et rural. Ils s’insurgent, en outre, contre la longue durée observée pour le renouvellement des titres de transport (un an, au lieu de trois mois).
Le communiqué de levée du mot d’ordre note donc que « la réforme sur les assurances est suspendue et le mécanisme de contrôle de paiement des sinistres sera mis sur pied ultérieurement ». Pour l’heure, Patrice Samen et ses collègues syndicalistes appellent les transporteurs à se consacrer à la préparation de la Coupe d’Afrique de football féminin, en réfectionnant leurs véhicules de transport.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie