Mois du jeûne de ramadan : pas de pénurie de sucre en vue

A l’approche de cette période de forte demande, le Mincommerce, Luc Magloire Mbarga Atangana en a apporté les assurances hier à Yaoundé.

«À nos compatriotes musulmans qui s’apprêtent à vivre le mois de jeûne du ramadan, je voudrais les rassurer qu’il n’y aura pas de pénurie de sucre. Nous veillerons à ce que les spéculateurs soient mis hors d’état de nuire ».

Dans une franchise conviviale, le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana a posé les bases objectives du marché du sucre durant les mois à venir. Instruction a été donnée aux équipes de ce département ministériel de veiller à ce que les produits de premières nécessités, (au rang desquels le sucre) soient mis à la disposition des consommateurs.

Particulièrement dans les quartiers et à la sortie des mosquées aux prix officiels de 600 F. pour la version granulée (en poudre) et 700 F. en morceau. Hier au cours de la communication gouvernementale tenue à Yaoundé, le Mincommerce est revenu sur la mesure présidentielle suspendant jusqu’à nouvel ordre les importations de sucre.

Pour mieux cerner la portée et dans un souci d’apaisement du consommateur, des éléments d’appréciation ont été dévoilés. Il s’agit en l’occurrence de la situation du marché du sucre à la date du 30 avril 2018.

En ce qui concerne le stock disponible, il affiche 82000 tonnes. Un résultat qui est le fruit de la production nationale de 52000 tonnes vérifiables dans les entrepôts de la Sosucam et de 30000 tonnes d’importations pas encore présentes sur le marché.

D’ici à la période d’arrêt annuel (l’inter-campagne) observé par la Sosucam du 16 juillet au 2 novembre prochain, cette dernière produira 27000 tonnes supplémentaires.

Soit un total de 109000 tonnes de sucre disponibles. Des données chiffrées qui doivent être pris en compte avec ceux relatifs à la consommation dont la moyenne nationale pondérée mensuelle est de l’ordre de 12000 tonnes. Sur la base de cette moyenne, le stock disponible couvriront la période de six mois allant de mai à octobre.

Ainsi, à la fin de l’inter-campagne à la Sosucam, il restera des réserves de l’ordre de 37000 tonnes. En somme, il n’y a pas de quoi craindre d’ici à la fin de l’année 2018, un cataclysme ou engraisser des théories des plus spéculatives sur la disponibilité du sucre.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie