Etape décisive en montagnes

 Arrivée à mi-parcours, la course quitte le rivage atlantique pour attaquer ce jour, l’une des phases les plus attendues de cette 15e édition.

Chacune à sa façon, durant la trêve d’hier, les dix équipes ont pu recharger les batteries. Déjà dès la fin de la quatrième étape mardi dernier, l’ensemble de la caravane a pu profiter du panorama qu’offre la ville de Limbé. Les coureurs n’ont pas résisté à l’envie de gambader sur les plages et naturellement se jeter à l’eau.

Le break a été également mis à profit pour faire le check-up des vélos et des organismes. Au sein des deux équipes camerounaises, l’heure était à la remobilisation. Le président de la Fecacyclisme, Honoré Yossi, a pris le pouls dans les états-majors avant les quatre dernières étapes de cette 15e édition du Tour.

La première d’entre elles conduit le peloton ce jour de Mbanga à Bafang. 121,5 km de distance qui vont rudement mettre les mécaniques corporelles à l’épreuve. Singulièrement à travers d’importantes difficultés à gravir. Un profil d’étape qui dessine habituellement la coloration du podium final.

Un tournant décisif bien appréhendé par le peloton qui a clairement identifié les principaux favoris pour ce type de course : les coureurs rwandais. Une position nullement rejetée par Félix Sempoma, le directeur sportif du Rwanda. Toutefois, il reconnaît que « les équipes qui sont présentes ici sont fortes. Il y a les Slovaques qui sont très forts, il y a aussi Noël Richet, le maillot jaune qui peut suivre notre cadence ».

Face à une telle adversité étrangère, les coureurs camerounais entendent mener la lutte jusqu’au bout. Notamment, le mieux classé d’entre eux. « Le maillot jaune peut basculer en une seule étape. On garde l’espoir de pouvoir le remporter », déclare Clovis Kamzong Abossolo.

Au classement général, le sociétaire de Snh Vélo club accuse actuellement 91 secondes de retard sur le maillot jaune. Si les écarts restent serrés entre les trois premiers, tout reste encore possible pour leurs poursuivants immédiats. Surtout lorsqu’on connaît la capacité de résilience des coureurs durant les étapes difficiles.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie