Extrême-Nord: le baccalauréat général est effectif

Le secrétaire d’Etat aux Enseignements secondaires Boniface Bayaola était à Mora et Tokombéré afin de constater l’effectivité du déroulement des épreuves dans ces localités.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

Le lycée de Kolofata a présenté cette année 14 candidats aux baccalauréats A et D. Conduits personnellement au sous-centre écrit de Mora par leur proviseur, Jean Djemou, tous les candidats de Kolofata ont pris le train de l’examen au même moment que les autres. Il en est de même pour les 19 candidats déplacés de Limani et les sept candidats venus de Kérawa.

Read also : Barrage de Nachtigal : la sérénité de retour

Au total, ce sont 509 candidats qui ont été enregistrés au sous-centre écrit du baccalauréat de l’enseignement général de Mora. Parmi les candidats déplacés de Kérawa et Limani tout comme dans les rangs des recasés de Kolofata, aucune absence n’a été signalée. Mais dans son ensemble, le sous-centre de Mora a connu quatre absents.

Read also : Elite One: Retrouvailles Canon -Tonnerre

Dans l’autre sous-centre écrit, celui de Tokombéré notamment, sur les 260 inscrits, il n’y a eu qu’un seul absent porté à l’attention de Boniface Bayaola, le secrétaire d’Etat aux Enseignements secondaires, chargé de l’Enseignement normal, qui a effectué une descente mardi dernier dans le Mayo-Sava.

Read also : Formations dispensées à l’étranger; 17 faux diplômes, 23 rejets

En marge de cette visite dans les établissements, Boniface Bayaola a tenu une séance de travail avec les autorités administratives du Mayo-Sava, la communauté éducative et les forces de défense et de sécurité. Au centre des échanges, la lutte contre la déperdition scolaire dans la région de l’Extrême-Nord.

Read also : Campagne cacaoculture 2020-2022: 4 millions de plants disponibles

Il y avait en bonne place les stratégies à mettre en œuvre en vue de la réouverture dès la rentrée scolaire 2018-2019, des établissements qui, depuis trois ans, sont dépeuplés pour cause d’insécurité causée par Boko Haram.

Read also : Council Police: Decentralisation Minister Puts Order

Il a également été question des mécanismes à développer afin d’amener les parents à investir pour les études de leurs progénitures, car en réalité, nombre de parents se découragent dans l’encadrement scolaire de leurs enfants.

Read also : Vaccin contre le Covid-19: Les éclairages du gouvernement

Des chiffres en baisse le démontrent. Cette année, la région de l’Extrême-Nord présente 45 711 candidats, contre 46 642 en 2017.

Read also : Lionnes indomptables: Les leçons d’une élimination

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category