La patrie reconnaissante

En recevant vendredi dernier, au nom du chef de l’Etat, l’équipe nationale de football des moins de 17 ans, récent vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations de cette catégorie, le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, a voulu leur témoigner la reconnaissance de la nation toute entière dont la capacité de mobilisation a été appréciée l’autre jour dans les artères de Yaoundé. Quand on va à la rencontre d’un plus petit que soi, c’est à la fois une marque de considération et de grandeur. C’est le peuple camerounais dans toute sa diversité qui s’est senti ainsi honoré, aussi bien à travers cette nouvelle conquête sportive que par l’hommage qui s’en est suivi.

Au-delà du faste protocolaire qui sied à ce type d’événement, le simple fait de consacrer un moment particulier de la vie nationale à ceux-là mêmes qui viennent de porter très haut le prestige du Cameroun témoigne de l’estime que leur porte en retour le pays dont ils viennent de porter très haut les couleurs dans le firmament du football africain. Leur récente performance en terre tanzanienne relève de l’exploit car personne en réalité ne les attendait à un tel niveau. Partis sur des bases relativement fragiles, les jeunes lions ne semblaient pas suffisamment outillés pour tutoyer les sommets. Loin de baisser les bras, de se décourager, ils étaient plutôt gonflés à bloc.

Au point de transformer leurs faiblesses en atouts solides. Si c’est la victoire finale qui aura le plus marqué les esprits, il convient de relever que l’équipe dans son ensemble aura été exemplaire de bout en bout. Jusqu’à preuve du contraire, il n’a entendu jusqu’ici ni éclats de voix, ni revendications intempestives et encore moins du chantage, tout le long de leur parcours triomphal. Et ce ne sont pas des prétextes qui manquaient pour semer la zizanie. Pour une des rares fois, on a vu ainsi une sélection nationale en compétition internationale remporter un trophée en nous épargnant de cette cacophonie qui ternit souvent l’image de nos sélections nationales.

Face à un tel état d’esprit peu ordinaire, les pouvoirs publics et le peuple en général ne pouvaient rester indifférents. Tout en leur transmettant les félicitations du Chef de l'Etat, le chef du gouvernement a également remis des distinctions honorifiques aux héros du jour élevés au grade de commandeurs du mérite sportif. Pour ceux qui connaissent les critères d’attribution dans les ordres nationaux, avouons que ce n’est pas tous les jours que des personnes à peine au seuil de l’adolescence reçoivent une médaille aussi prestigieuse, en reconnaissance «des services exceptionnels au développement du Sport».

C’est la preuve que la valeur n’attend pas nécessairement un nombre précis d’années pour éclore et que la volonté peut soulever les montagnes. A chacun donc selon ses mérites.

En rendant leur pays fier dans le concert des nations, les jeunes lions et leurs encadreurs ont endossé des nouvelles responsabilités. Ils doivent désormais aller plus loin, en bousculant au besoin la hiérarchie mondiale. Il n’est pas exclu qu’ils reçoivent dès lors d’autres récompenses plus importantes.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category