International

Terrorisme : le G5 Sahel veut rectifier le tir

Les chefs d’Etat de cette Force conjointe réunis hier à Nouakchott en Mauritanie ont convenu de ce qu’il faut changer de stratégie dans la lutte contre le terrorisme.

Les cinq chefs d’Etat membres du G5 Sahel sont réunis depuis hier à Nouakchott en Mauritanie pour évaluer le chemin parcouru par cette force conjointe dans la lutte contre le terrorisme dans cette région depuis sa création le 16 février 2014. Au cours de ce 6e sommet du genre, les participants ont notamment examiné les progrès réalisés dans le cadre de l'opérationnalisation de ladite force dans la lutte contre le terrorisme et l'adoption de la stratégie de communication de l'institution. Tout comme les programmes et projets prioritaires, les domaines de la sécurité et du développement dans la région ont également été passés au peigne fin. Le président mauritanien, Mohamed Ould El-Ghazaouani et ses homologues ont aussi parlé du « Projet de cadre stratégique sécurité-développement du G5 Sahel, les actions entreprises en matière de lutte contre le terrorisme en 2019 ainsi que du plan d’action pour 2020 ». L’on se souvient qu’en 2019 des projets de développement dans les secteurs de l'eau, de la santé et des chaînes de valeurs agropastorales dans chaque pays avaient été initiés dans les cinq pays. 
Cependant, les dirigeants du G5 Sahel sont unanimes que cette région reste en proie au terrorisme et aux trafics de toutes sortes. Au cours des cinq derniers mois, les attaques terroristes ont fait des centaines de morts et contraint des milliers de personnes au déplacement involontaire, la zone des trois frontières, Mali-Niger-Burkina Faso étant devenue un véritable sanctuaire pour les groupes armés. Les chefs d’Etat des pays membres de cette force conjointe restent donc unanimes qu’il faut un renforcement des actions opérationnelles pour contenir la vague d’attaques terroristes. « Ceci nous contraint à parer au plus urgent, c’est-à-dire l’arrêt de la violence, tout en délivrant des actions concrètes sur le terrain», souligne Sidikou Sambo, secrétaire permanent du G5 Sahel.
En plus, cette force reste toujours confrontée au manque de moyens financiers et logistiques. Car, de nombreux partenaires tardent toujours à concrétiser leurs promesses allant dans le sens d’un véritable soutien au G5 Sahel qui peine à venir à bout de l’ennemi. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps