Extrême-Nord: le satisfecit de l’ambassadrice de France

Christine Rubichon vient de passer en revue les réalisations de son pays sur le plan humanitaire à l’Extrême-Nord dans le cadre du C2D.

Deux temps forts ont ponctué la visite de travail de l’ambassadrice de France dans la région de l’Extrême-Nord. Après son arrivée à Maroua le 2 août 2016, S.E. Christine Rubichon s’est rendue dans la commune de Moutourwa dans le département du Mayo-Kani, précisément à Moudougou, village qui, selon les révélations du maire Jean Bédi, est très enclavé en saison des pluies. Mais cette image relève désormais d’un souvenir car grâce au C2D, des travaux de réfection ont été effectués sur ce tronçon long d’une vingtaine de kilomètres grâce aux financements français dans le cadre des projets à haute intensité en main d’œuvre (HIMO) ; c’est d’ailleurs le PNDP qui a assuré le suivi de l’exécution des travaux sur le terrain. L’ambassadrice de France au Cameroun a été émerveillée par le témoignage des 336 bénéficiaires qui lui ont révélé que l’argent gagné dans le cadre de ce projet a des effets d’entraînement dans le processus d’amélioration de leurs conditions de vie.
La deuxième halte de la diplomate française a été le département du Mayo-Sava. Ici, elle a assisté à la distribution par le Programme alimentaire mondial (PAM), des denrées alimentaires aux populations déplacées ainsi que la distribution des « cash based transfer », système d’envoi d’argent à ces personnes en peine. Bon à savoir, depuis mai 2016, une fois par mois, chacune de ces personnes reçoit à travers un téléphone portable donné gracieusement par le PAM, une somme de 10 000 F. Dans le cadre de cet appui aux personnes déplacées, la France a apporté 318 millions F. Par la suite, l’ambassadrice s’est rendue à l’hôpital de district de Tokombéré et au centre de santé intégré de Mada-Kolkoch où la France finance le programme de prise en charge des enfants malnutris. La boucle a été bouclée par la visite du centre de santé intégré de Doualaré à Maroua où la France soutient le projet « chèque santé » dans le cadre de la santé de la mère et du nouveau-né. Les entretiens qu’elle a eu au cours de cette visite de travail avec les autorités administratives, notamment le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, le préfet du Mayo-Sava ainsi que le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Maroua lui ont permis d’avoir le pool de la situation sécuritaire dans la région de l’Extrême-Nord.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie