Construction de la Ring Road : de nouveaux financements disponibles

La signature de l’accord de prêt d’un montant de 106 milliards de F entre la Banque africaine de développement et l’Etat du Cameroun s’est déroulée vendredi dernier à Yaoundé.

106 milliards de F. C’est le montant que la Banque africaine de développement (BAD) vient d’accorder au Cameroun pour le financement de la troisième phase du programme d’appui au secteur des transports: aménagement de la route nationale N°11, la Ring Road. La signature de l’accord de prêt entre Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) et Serge N’Guessan, directeur général du bureau régional Afrique centrale de la BAD a eu lieu vendredi dernier au cours d’une cérémonie à laquelle plusieurs membres du gouvernement ont pris part.


Read also : Ciment, fer à béton et tôles : comment stopper la flambée

La Ring Road est un linéaire d’environ 365 km et permet l’interconnexion de cinq départements du Nord-Ouest tout en formant une boucle de Bamenda à Bamenda en passant par Bambui, Ndop, Babessi, Kumbo, Nkambe, Misaje, Nyos, Wum et Bafut avec un raccordement à la frontière nigériane à partir de la localité de Misaje. Avec le financement pourvu par la Bad, il sera question de réhabiliter et aménager 280 km du tronçon Bambui-Ndop-Babessi y compris la bretelle Babungo-Dawara, KumboNkambe-Misaje ainsi que la voie de contournement de la ville de Nkambe, Misaje-Dumbo-frontière nigériane, Wum-Bafut-Bamenda. Des aménagements connexes, notamment la réhabilitation de certains établissements scolaires, la construction de magasins de stockage des produits agricoles, la construction de centres multifonctionnels des jeunes et des filles afin de renforcer leur capacité d’autonomisation sont également prévus. Au ministère des Travaux publics, maî- tre d’ouvrage de ce projet, l’on indique que les travaux du premier lot, Kumbo-Nkambe-Misaje (88Km) sont en cours d’attribution.


Read also : Filière porcine : sous haute surveillance !

Pour Alamine Ousmane Mey, la réhabilitation de cet axe doit être appréciée sous plusieurs prismes. Que ce soit au plan politique, économique, financier et social, l’impact du projet devra être visible. « Au plan politique, les recommandations issues du grand dialogue national étaient celles d’accélérer la construction, la reconstruction de certaines infrastructures indispensables à la stabilité, à la paix mais aussi au développement économique.


Read also : Crédits aux entreprises publiques et privées : l’Etat donne sa garantie aux banques

Au plan économique, le NordOuest est l’une des régions les plus riches de notre pays en matière de potentiel agricole. Nous voulons penser que la route va permettre de désenclaver les bassins de production et ouvrir les débouchés vers les différents pays de la sous-région en commençant par notre marché national », a assuré le Minepat.


Read also : Aéroport de Ngaoundéré : des infrastructures au scanner

Sur le plan social aussi, les activités prévues vont réellement impacter la vie des populations. En 2019, la BAD avait déjà accordé un financement de 12 milliards de F au Cameroun pour les études. Le coût global de ce projet est de 167,3 milliards de F. La BAD y contribuera pour 87% de ce montant et le reste incombera à l’Etat du Cameroun pour un montant de 21,54 milliards de F.


Read also : Financement des projets intégrateurs : l’équipe Cemac récompensée

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category