Danse : déconfinement de l’esprit

Philippe Bille, lauréat de la catégorie danse et performance du concours Goethe-Découverte 2021 a dévoilé ses peurs dû au confinement le 18 juin dernier à Yaoundé.

Philippe Bille, lauréat de la catégorie danse et performance du concours Goethe-Découverte 2021 s’est « déconfiné » le 18 juin dernier à l’Institut Goethe de Yaoundé. Comme outils de « délivrance », l’artiste a utilisé des pneus et des cordes de protection. Le danseur et chorégraphe a partagé avec son public ses récentes frustrations liées au confinement à travers une pièce baptisée « Hope ». « J’ai utilisé la roue comme un bagage artistique qui, dans un premier temps nous met en valeur mais, face à cette crise sanitaire s’est avérée être emprisonnée. Les cordes de protection représentent également l’enfermement. Hope est l’expression d’un lendemain meilleur malgré les difficultés actuelles », explique l’artiste. 
Un lexique choisi à dessein par le lauréat de la catégorie danse et performance du concours Goethe-Découverte pour traduire sa pièce de danse contemporaine. Face à des chorégraphes professionnels, Philippe Bille et son confrère Fontais Tresor Kwa Bangue ont laissé parler leur corps pendant 45 minutes dans un mélange de Jazz, mais aussi de musiques ukrainiennes et japonaises. Son spectacle est un témoignage, un cri pour expier les difficultés à vivre son rêve et à gagner sa vie pendant le confinement. « Cette crise a mis en doute mes projets, mes ambitions, ma vision en tant que danseur dans le sens où je n’avais plus la possibilité de me produire sur scène », explique le danseur. 
« Hope » était alors la projection des réalités vécues non par un seul artiste, mais par tous. Le chorégraphe et son camarade se sont inspirés de la danse contemporaine pour exprimer leur créativité. Une œuvre approuvée par leurs pairs. « C’est beaucoup d’audace, de courage et de détermination pour réaliser une telle chorégraphie. Les danseurs se sont mis à la disposition de la scène de bout en bout. L’initiative est à féliciter », confie Moada Yakana, célèbre chorégraphe. Formé auprès des aînés dans la profession, Philippe Bille est enfin sous les feux des projecteurs. Après la création de la compagnie Ze Lascars en 2013, il multiplie les participations à des festivals au Cameroun, en Afrique et en Europe. Chorégraphe au sein de La Maison de la Danse et de la Culture à Douala, Philippe Bille se consacre à présent à ses propres créations.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category