Régions septentrionales et de l’Est : il faut renforcer le développement socio-économique

La stratégie pour le relèvement et la consolidation de la paix dans ces régions vulnérables a été présentée au Minepat vendredi dernier.

Il est important de redonner espoir aux populations des régions septentrionales du pays, mais aussi à celle de l’Est, victimes respectivement de la guerre contre Boko Haram et des contrecoups de la guerre en République centrafricaine.

Vendredi dernier, le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire a reçu la directrice des opérations de la Banque mondiale, Elisabeth Huybens qu’accompagnaient Hans Peter Schadeck et Allegra aria Del Pilar Baiocchi, respectivement ambassadeur chef de délégation de l’Union européenne au Cameroun et coordinatrice du Système des Nations unies.

Ces hôtes sont venus parler avec Alamine Ousmane Mey de la stratégie pour le relèvement et la consolidation de la paix dans les régions de l’Adamaoua, du Nord, de l’Extrême-Nord et de l’Est.

« Nous venons de présenter une stratégie au gouvernement élaborée avec l’appui des partenaires. Dans le cadre d’une recevabilité mutuelle, nous allons mettre en place cette stratégie conjointement avec les partenaires, les bailleurs de fonds, le gouvernement », a indiqué Elisabeth Huybens. Il est question de fournir des solutions durables pour le développement socio-économique des populations de ces parties du pays.

« On a fait une analyse des causes profondes dans ces régions, et sur la base de cette analyse, une stratégie a été développée. On parle de solutions durables pour les populations déplacées et d’une accélération de la décentralisation. Il y a également la question foncière, et surtout s’assurer que cet environnement est favorable à la croissance et au développement », a poursuivi à son tour Allegra aria Del Pilar Baiocchi.

Avec des solutions concrètes, les jeunes ne seront plus vraiment exposés au discours des forces terroristes d’où l’urgence d’agir. « Nous avons pour ambition de traiter des problématiques qui ont été relevées à notre attention par des communautés elles-mêmes, les autorités communales.

Deux compartiments sont à identifier, il y a un compartiment sur les services sociaux de base, l’éducation, l’accès à l’eau qui constituent donc des éléments fondamentaux qui garantissent la paix. Il est important de retrouver des équilibres à cet égard. Il faut aussi donner aux populations des perspectives économiques plus solides », a précisé le Minepat.

Comme solutions déjà identifiées, le renforcement de la décentralisation, du développement local, de l’allocation des ressources aux communautés, de l’accès au foncier, pour donner aussi aux opérateurs économiques l’instrument préalable à l’activité économique, a indiqué Alamine Ousmane Mey.

Un climat des affaires favorable, des infrastructures viables sont aussi des ingrédients nécessaires au développement des activités génératrices de revenus pour les populations.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie