Etats-Unis: Donald Trump reste ferme sur ses positions

Le président élu renonce à son salaire, entend expulser près de 3 millions de clandestins et envisage l’érection d’un mur à la frontière avec le Mexique

Quatre jours seulement après son élection comme 45e président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump a accordé sa toute première interview. Invité dimanche dernier de l’émission «60 minutes» sur la chaîne CBS, le républicain est longuement revenu sur son programme de campagne et la façon dont il entend gérer le pays. Afin de limiter l’immigration clandestine, le futur locataire de la Maison-Blanche tient toujours à ériger un mur entre les Etats-Unis et le Mexique avec de simples clôtures par endroits. «Je suis très bon à ça, ce qu’on appelle la construction. Pour certaines zones, je voudrais des clôtures, pour d’autres un mur est plus approprié», a-t-il affirmé. Dans sa matérialisation, le projet pourrait s’étaler sur 1 600 km de long et coûter 8 milliards de dollars, soit un peu plus de 4 000 milliards de F. Ce qu’a dit M. Trump par la suite n’est pas non plus de nature à rassurer les millions de sans-papiers qui vivent sur le sol américain. «Ce que nous allons faire, c’est prendre les gens qui sont des criminels et qui ont des casiers judiciaires, qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue, sans doute 2 millions, ça peut aussi être 3 millions de personnes. Nous allons les renvoyer du pays ou nous allons les mettre en prison. Mais nous allons les renvoyer de notre pays, ils sont ici illégalement», a-t-il déclaré.  
Fidèle à nombre de ses promesses de campagne, il entend également s’opposer à toute forme de restriction de la vie. Il annonce pour cela la nomination prochaine à la Cour suprême des juges anti-avortement et favorables au port d’armes à feu par les citoyens américains. «Voici ce qui va se passer. Je suis pro-life et les juges seront pro-life. Ils vont être très favorables au deuxième amendement» de la Constitution qui garantit le port d’arme par chaque citoyen. Par contre, Donald Trump a condamné toutes formes de harcèlement et  de violence contre les minorités- musulmans, Noirs ou Hispaniques- qui, selon les démocrates, se sont multipliées depuis son élection.  « Je suis si triste d’entendre cela. Et je dis : arrêtez cela. Si cela peut aider, je le dis et je le dis face à la caméra : arrêtez cela», a-t-il dénoncé. Aux milliers d’Américains qui manifestent à travers le pays contre son élection, Donald Trump se veut plutôt rassurant. «N’ayez pas peur. Nous allons rétablir notre pays», les a-t-il interpellés. Avec une fortune estimée en octobre dernier à 3,7 milliards de dollars, plus de 1 850 milliards de F, par le magazine Forbes, ce magnat de l’immobilier a renoncé à son salaire annuel de président évalué à 400 000 dollars, plus de 200 millions de F. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie