Cameroun – Congo : convergence de vues sur les frontières

La visite de travail du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, chargé de la Décentralisation, Charles Nganfouomo s’est achevée mercredi par la volonté de maintenir la convivialité.

La cérémonie de mercredi soir se voulait essentiellement protocolaire dans la salle des conférences du ministère de l’Administration territoriale. Celle marquant la fin de la visite de travail au Cameroun du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, chargé de la Décentralisation du Congo, Charles Nganfouomo. Au menu des échanges avec les autorités camerounaises, avec en tête le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, la question de la frontière commune entre les deux pays. Non pas que celle-ci pose des problèmes particuliers, mais parce que le Cameroun et le Congo, comme la plupart des pays sur le continent, doivent tout mettre en œuvre pour répondre aux instructions de l’Union africaine qui a engagé les Etats membres à la démarcation de l’ensemble de leurs frontières, ceci à l’horizon 2022. Après l’ouverture des travaux mardi dernier, les experts des deux pays ont planché sur les dossiers relatifs à la frontière commune. Du communiqué final ayant sanctionné les travaux, on retiendra particulièrement que les deux pays se félicitent de l’absence de litiges à leur frontière commune. La densification des bornes frontière apparaît néanmoins comme une nécessité, celles existantes étant très espacées. Par ailleurs, la nécessité de discussions régulières, pour maintenir le bon climat observé au niveau de cet espace a été relevé, tout au moins au niveau des experts qui devrait se retrouver dans le cadre d’une commission mixte. Le Congo s’est du reste prononcé pour accueillir la prochaine rencontre de ce type.

En prenant la parole à l’issue de cette rencontre, le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji s’est félicité des «échanges riches en enseignement» entre les deux pays. Pour le Minat, il est question de nos zones frontalières, « des espaces de paix et de brassage de nos populations ». Il a annoncé la disponibilité des autorités camerounaises à tout mettre en œuvre dans le processus de préservation de cette bonne ambiance de coopération entre les deux pays, particulièrement au niveau de leur frontière commune. La cérémonie de clôture se déroulait en présence de l’ambassadeur du Congo au Cameroun, S.E. Valentin Ollessongo. La prochaine rencontre devrait se tenir à Ouesso au Congo.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category