Protection de la couche d’ozone:Un texte sur la table des députés

Jeudi 13 juin 2019, la commission des Affaires étrangères a examiné le projet de loi visant à ratifier l’Amendement au Protocole de Montréa

Ce texte sur la protection de l’environnement est vieux de plus de 30 ans. Il s’est d’ailleurs vu amendé le 16 octobre 2016 à Kigali au Rwanda. Signé le 16 septembre 1987, le Protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d’ozone constitue l’un des accords multilatéraux les plus efficaces dans la lutte pour la préservation de l’environnement. Le Cameroun y a adhéré le 30 août 1989. Avec le succès enregistré depuis la mise en oeuvre de ce protocole, les parties ont adopté l’Amendement de Kigali sur la gestion des hydrofluorocarbures.

Sur la table des députés de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblé nationale, se trouve dès lors le projet de loi autorisant le président de la République à ratifier cet amendement. Jeudi 13 juin 2019, le texte a été présenté et défendu par Hélé Pierre, ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable (Minepded), assisté de Félix Mbayu, ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, chargé de la Coopération avec le Commonwealth. Également présent, le ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées, François Bolvine Wakata.

Avec cet amendement, le protocole se propose d’établir un calendrier de réduction des hydrofluorocarbures en deux groupes: ceux développés et ceux en développement. De même, les substances devant faire l’objet de contrôle, de rapport et de réduction progressive ont été déterminés. Ratifier cet amendement pourrait offrir quelques avantages au Cameroun. Le pays pourra notamment s’associer à l’action menée au plan international, pour réduire la production et l’expansion des hydrofluorocarbures dans l’atmosphère, diminuant ainsi les risques de cancer de la peau. De même, le pays pourra bénéficier de l’assistance financière et du transfert de technologie du Fonds multilatéral pour le renforcement des capacités. Enfin, cet arsenal juridique va enrichir la stratégie nationale dans la lutte contre le réchauffement climatique

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category