Ebolowa : trois prétendants pour un siège

Les trois candidats en lice pour le poste de maire de la ville font des yeux doux à leurs collègues conseillers municipaux. Pour un vote prévu aujourd’hui.

Une atmosphère lourde plane sur la cité capitale régionale du Sud. Contexte électorale oblige, l’élection du maire de la ville est très attendue. Qui sera donc le tout premier maire de l’ère de la décentralisation poussée ? Trois candidats sollicitent les suffrages des 62 conseillers municipaux des deux communes d’Ebolowa 1er et II. Aujourd’hui, mardi 3 mars 2020, est le grand jour. La ville est parée. Les caniveaux sont curés, les rues balayées. C’est la toilette de grands évènement qui est mise à Ebolowa, cette ville transit, passage obligé pour se rendre  vers  la zone des trois frontières Cameroun, Gabon et Guinée équatoriale.
Sans tambours ni trompètes, les tractations se poursuivent. Deux candidats sont issus des rangs des conseillers municipaux de la commune d’Ebolowa 1er. Alors qu’un seul vient de la commune d’Ebolowa II. Leurs noms sont connus de tous. Il s’agit respectivement du Dr. Daniel Edjo’o, médecin du travail, qui se présente ici comme le candidat de « la vision nouvelle ». Louis Clément Mevoungou, président de section Rdpc Mvila-Centre I, fait partie des conseillers municipaux d’Ebolowa 1er. Achille Akom, est l’unique candidat qui vient de la commune d’arrondissement d’Ebolowa II. Il s’agit, pour certains observateurs de la ville, de trois personnalités, tous sous la bannière Rdpc, qui pourraient, pendant les cinq prochaines années, faire renaître une âme collective d’appropriation de la ville, par ses habitants, en symbiose avec son exécutif et renvoyer un symbole unique et positif de la ville, dans un souci de vivre ensemble. Un vœu très cher à Daniel Edjo’o, qui souhaite faire progresser le management actuel de la cité. Louis Clément Mevoungou souhaite dans sa vision rendre le progrès effectif. De son côté, Achille Akom n’en démord pas. Ce candidat pense implémenter de manière efficace, le régime de la décentralisation. En dehors des tractations de circonstance, les trois candidats, pour l’unique fauteuil de « super maire » exposent aussi leur profession de foi sur la toile et les réseaux sociaux
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category