Politique

Nécrologie : Jean Claude Tsila est décédé

Le préfet du Mfoundi a rendu l’âme hier en début de soirée à l’hôpital général de Yaoundé où il était interné depuis quelque temps

La nouvelle s’est répandue hier en début de soirée à Yaoundé. Jean Claude Tsila, préfet du Mfoundi, haute figure du commandement territorial, venait de rendre son dernier souffle. C’était à l’Hôpital général de Yaoundé où il était interné depuis quelque temps. Très vite, sa résidence sise à la montée Sonel Nlongkak à Yaoundé a été prise d’assaut. La famille nucléaire, étouffée par la douleur, est entourée par les autorités administratives, les forces de maintien de l’ordre et d’autres personnalités. Le gouverneur de la région du Centre, Naseri Paul Bea et l’ambassadeur itinérant, Albert Roger Milla ont été parmi les premiers à apporter le réconfort à la famille Tsila.

Jean Claude Tsila était à la tête du Mfoundi depuis 2010. Administrateur civil principal, il entame sa carrière dans la préfectorale après sa sortie de l’Ecole nationale d’Administration et de Magistrature en 1980. L’ancien préfet du Nyong- et- Mfoumou (2008-2010), titulaire d’une licence en droit, était également très actif dans le domaine du développement. Né le 5 septembre 1956 à Yaoundé, il était président de l’Association pour le développement de l’arrondissement de Soa dans la Mefou-et-Afamba et chef traditionnel d’Oboa. Il était commandeur de l’Ordre national de la valeur. Ferme, rigoureux mais pondéré et affable, le défunt préfet du Mfoundi était en première ligne dans la riposte contre le Coronavirus à Yaoundé. L’on se souvient notamment qu’il a engagé un vaste contrôle du port du masque dans les lieux de grand brassage, par les citoyens de la capitale politique. Il a également engagé un combat contre le désordre urbain et la circulation anarchique des transporteurs par motos dans le périmètre urbain. Jean Claude Tsila a également eu un droit de regard vigilant sur l’encadrement de la police municipale de la Communauté urbaine de Yaoundé. Il s’y est notamment distingué en prenant la décision de suspendre les activités de cette organisation pour un mois, conformément à la réglementation en vigueur. Pour la presse, il était un « bon client », toujours accessible et prompt à apporter des éclairages aux activités qui relevaient de son ressort de commandement. Il était marié et père de huit enfants .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps