Politique

Cour suprême : de hauts responsables installés

Nommés le 10 août dernier par décret présidentiel, les chefs de chambres ont pris fonction hier au cours d’une audience solennelle présidée par Daniel Mekobe Sone, le premier président.

Les clairons de la solennité ont retenti hier à la Cour suprême à 11h03. Un peloton  du groupe d’escadron mobile N°1 et la compagnie musique de la gendarmerie nationale déroulaient alors le cérémonial de début de l’audience solennelle. Après ces honneurs, le premier président de la Cour suprême, Daniel Mekobe Sone, a ouvert la séance, en présence du procureur général près la-dite Cour, Luc Ndjodo. De nombreuses personnalités ont également pris part à cette audience à l’instar du ministre d’Etat, ministre de la Justice, garde des Sceaux, Laurent Esso, du président du Conseil constitutionnel, Clément Atangana. Avant les réquisitions du procureur général, sur la demande du premier président, Fonkwe Joseph Fongang, le président de la Chambre judiciaire, Daniel Ndoumbe Eteki, président de la Chambre administrative, Yap Abdou, président de la Chambre des comptes, Awala Woudougue, premier avocat général, les conseillers et les avocats généraux, ont effectué leur entrée dans la salle d’audience. 
Dans son réquisitoire, Luc Ndjodo est revenu sur le parcours de ces hauts magistrats nommés le 10 août dernier par le président de la République, à l’issue du Conseil supérieur de la magistrature. Il a notamment souligné les hautes qualités professionnelles, la probité et la rigueur qui caractérisent ces chefs de chambres et responsables de la Cour suprême. Le procureur général près la Cour suprême a surtout rappelé le devoir d’animation de la « locomotive de la fonction judiciaire »  qui incombe à ces responsables. Pour lui, ces magistrats rompus qui bénéficient de cette promotion au sein de la plus haute juridiction de l’Etat, doivent toujours avoir à cœur de veiller à la qualité de la justice, aspiration du peuple camerounais. C’est après ce plaidoyer que le premier président a donné la parole au greffier en chef pour la lecture des décrets du président de la République désignant ces hauts responsables. Puis, il a procédé à l’installation de ces chefs de Chambres et responsables, non sans leur prescrire rigueur, dignité et professionnalisme dans leurs fonctions.
Le deuxième grand tableau de cette audience solennelle a été la prestation de serment des auditeurs de justice intégrés dans le corps de la magistrature, le 10 août dernier. Près de 300 jeunes magistrats issus de trois promotions de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature, parmi lesquels ceux de la section Common Law, et les auditeurs de compte stagiaires de la Chambre des comptes. Ils ont juré de « …servir le peuple camerounais de rendre justice…sans faveur ni rancune…de garder le secret des délibérations. » A ces « jeunes collègues », Luc Ndjodo dans ses réquisitions et Daniel Mekobe Sone ont prescrit l’observance stricte des piliers fondamentaux de la justice et les exigences du corps de la magistrature. Ils doivent rendre justice « sans avoir à craindre une sanction ou à chercher une faveur, avec impartialité, neutralité, intégrité et loyauté ».  De plus, ces nouveaux magistrats sont appelés à sauvegarder la morale et le droit dans les couloirs des palais de justice, dans la dignité et la discrétion. En somme, a dit Daniel Mekobe Sone, leur mission est essentielle dans la société.   

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps