Littoral : premiers pas, premiers actes

Outre l’élaboration en cours de sa feuille de route et les formations sur le budget, le Conseil régional travaille sur la matérialisation physique de son existence.

Le bâtiment devant provisoirement abriter les services du Conseil régional du Littoral se dresse fièrement à Bonanjo, face aux locaux de la Communauté urbaine de Douala. L’immeuble entièrement réfectionné vient de recevoir une bonne partie de son mobilier et sera occupé dans quelques jours par l’exécutif régional. Il s’agit de l’un des actes majeurs et visibles posés par le Conseil régional du Littoral, avec l’appui des pouvoirs publics depuis son élection le 6 décembre 2020. Parallèlement, le président du Conseil régional, Polycarpe Banlog, a amorcé avec le Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunale (Feicom), des travaux de conception de la maquette du siège définitif de l’organe. « Cette maquette est disponible. Dans cette perspective, j’ai saisi l’Etat, conformément aux dispositions des articles 29, 30 et 34 de la loi portant Code général des collectivités territoriales décentralisées, aux fins de la cession de fonds fonciers en vue de la construction de ce complexe-siège, ainsi que des autres infrastructures du Conseil régional », explique-t-il.


Read also : Elections Cameroon : retour sur les réseaux sociaux

En interne, le président du Conseil régional du Littoral et ses proches collaborateurs se sont engagés sur plusieurs fronts visant à poser les bases de fonctionnement du Conseil régional. « Au lendemain de mon élection, je me suis attelé à consigner, dans un document pertinent, la vision que j’ai du développement de la région du Littoral. 


Read also : Sénat : cinq projets de loi à examiner

L’exécutif régional du Littoral s’est également déployé sur le champ diplomatique. Ceci, à travers des audiences accordées à l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Cameroun, le représentant-résident du programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud), le Haut-commissaire du Royaume-Uni et d’Irlande du Nord au Cameroun. Les modalités d’accompagnement de la région à la formulation et à la mise en œuvre de sa vision de développement étaient au menu des discussions avec les différents diplomates. 


Read also : Human Rights : Towards Commission, Parliament Collaboration Framework

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category