Eiforces : 53 policiers et gendarmes formés

La cérémonie de remise de parchemins de fin formation présidée par le SED, Galax Etoga, a eu lieu le 25 juin dernier au campus d’Awaé.

Il y avait un air de fête au campus de l’Ecole internationale des Forces de sécurité (EIFORCES) d’Awaé, arrondissement du département de la Mefou-et Afamba, le vendredi 25 juin dernier. 53 commandants de gendarmerie et de police issus de 14 nationalités, étaient soulagés d’avoir achevé huit semaines de formation de commandants d’unité de sécurité, deuxième phase. Les séminaristes éprouvaient également du chagrin à cause de la séparation. Consacrée par la remise des parchemins à tous les participants, la cérémonie de clôture s’est déroulée à la salle des actes du campus, sous l’égide du secrétaire d’Etat à la Défense (SED) chargé de la gendarmerie, Galax Etoga. Il avait à ses côtés l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou.
Du 08 mars au 25 juin, ces hauts cadres des forces de maintien de l’ordre et de sécurité venus du Bénin, Burkina Faso, Congo, Gabon, Mali, Niger, Sénégal, Tchad, Togo, de la RCA, Mauritanie, RDC et du Cameroun ont reçu des rudiments visant à faire d’eux des chefs opérationnels pluridisciplinaires. En d’autres termes, ce stage avait pour objectif de parfaire les aptitudes opérationnelles des commandants d’unités de sécurité en développant leurs capacités dans les domaines de rétablissement de l’ordre en situation dégradée, de la direction d’enquêtes complexes, de la défense opérationnelle du territoire. De la sorte, ils ont été outillés dans cinq domaines :  l’enseignement général, l’ordre public, les opérations de maintien de la paix et une sortie terrain. Ledit stage a été cofinancé par le Cameroun et la France. 
Forts de ces acquis, le SED a demandé à ces futurs commandants d’unités mobiles et territoriales de police et de gendarmerie, de garder en mémoire la pertinence de la formation pointue reçue. Laquelle les astreints à la probité personnelle et à l’exemplarité professionnelle, dans la conduite des opérations dans leurs théâtres d’intervention. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category