Stratégie nationale de Développement : le gouvernement en vitrine

La dixième édition du Salon de l’action gouvernementale, ouverte hier à Yaoundé par le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, donne à comprendre la politique de développement des dix prochaines années.

Une thématique dans l’ère du temps pour un évènement qui prend du galon au fil des éditions. La Stratégie nationale de développement 2020-2030 (SND30) est en effet au centre des attentions de la 10e édition du Salon de l’action gouvernementale (SAGO). La cérémonie d’ouverture officielle de ce rendez-vous a été présidée, hier 26 juillet au Palais polyvalent des sports de Yaoundé, par le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi, en présence de plusieurs membres du gouvernement. Lors de son allocution, le Mincom a expliqué que la SND30 est le fil d’Ariane de cette édition, au regard des enjeux et des espoirs que charrie ce nouvel outil de planification du développement au Cameroun. D’après lui, « il y a une impérieuse nécessité de compréhension, d’adhésion et de participation de tous les corps sociaux » pour atteindre les objectifs fixés. 
Il faut ainsi « démocratiser ce document, afin de lever les barrières aux yeux de ceux qui le considèrent comment étant la seule affaire des pouvoirs publics », appuie Patrice Assiga Eyene, chef de projet et mandataire du gouvernement pour l’organisation du SAGO. Celui-ci se tient cette année du 25 au 31 juillet, avec des conférences thématiques animées par les organismes souscripteurs et une exposition qui permettra aux participants de mieux présenter les politiques publiques nationales dans leurs secteurs respectifs. Dans cette lancée, le ministre de l’Economie, de la Planification, et de l’Aménagement du territoire a délivré un exposé d’une trentaine de minutes sur les contours de la SND30, laquelle a succédé au Document de stratégie pour la croissance et l’emploi. Alamine Ousmane Mey a indiqué que cette nouvelle boussole des politiques publiques vise « la transformation structurelle de l’économie nationale ». Ceci, à travers l’import-substitution, la promotion des exportations et la transformation locale des produits.
Le Mincom a, du reste, saisi l’opportunité de cette ouverture officielle, pour se féliciter des avancées enregistrées jusqu’ici dans l’organisation de cet évènement. Pour René Emmanuel Sadi, si les débuts ont été difficiles, « d’année en année, l’organisation du SAGO n’a cessé de s’améliorer, bénéficiant au fur et à mesure de sa progression, d’un meilleur accompagnement des pouvoirs publics. D’édition en édition, la timidité observée dans l’adhésion populaire a fait place à un engouement perceptible des différentes parties prenantes ». Par ailleurs, a révélé le Mincom, cette 10e édition consacre la formalisation d’un partenariat entre le gouvernement et son mandataire, à travers l’adoption d’un cahier des charges. Les premières retombées de cette évolution sont perceptibles à travers, entre autres, le nombre de stands d’exposition qui se rapproche de 200, contre 150 à la précédente édition. La visite de ces espaces d’exposition a mis fin à cette phase protocolaire.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category