Fespaco 2021 : un film somalien en or

« La femme du fossoyeur » du réalisateur Khadar Ahmed a reçu l’Etalon d’or de Yennenga samedi dernier à Ouagadougou, au cours de la cérémonie de clôture de la grand-messe.

Une conclusion à la hauteur de l’événement. Le Fespaco 2021 s’est achevé samedi dernier comme il avait commencé, en grande pompe et dans un show artistique coloré, éclatant d’étincelles, digne des scénarios les plus haletants, au Palais des sports de Ouaga 2000, en présence d’un parterre d’invités de marque, conviés à ce festin du cinéma africain par le Burkina Faso et son président de la République, président du Conseil des ministres, Roch Marc Christian Kabore. Le Sénégal, pays d’honneur de cette 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), était fièrement représenté à cette cérémonie de clôture par son chef de l’Etat, Macky Sall. Des hôtes prestigieux venus assister au sacre de « La femme du fossoyeur » du réalisateur somalien Khadar Ahmed. « Un film profond, peignant la dureté de la vie dans sa plus sombre expression avec en fond, une note d’espoir, qui permet de croire que la sortie du trou est possible », a déclaré le Mauritanien Abderrahmane Sissako, président du jury longs-métrages de fiction. 
« La femme du fossoyeur » termine en tête devant deux autres dames, la Haïtienne Gessica Geneus pour « Freda », Etalon d’argent, et la Tunisienne Leyla Bouzid pour « Une histoire d’amour et de désir », Etalon de bronze. Voilà le trio de tête d’une compétition rude menée entre 17 films au caractère singulier et aux messages poignants, véritables peintures des fléaux sociaux et de leurs ravages sur l’épanouissement des individus. D’ailleurs, Abderrahmane Sissako, ainsi que les présidentes des jurys longs-métrages documentaires et courts-métrages (documentaires et de fiction) qui l’ont précédé sur scène, n’ont pas tari d’éloges sur cette sélection « fabuleusement orchestrée par le comité de sélection du Fespaco ». Khadar Ahmed, l’auteur de « La femme du fossoyeur », absent samedi dernier à son triomphe et représenté par la productrice de son film, ressort grand vainqueur d’un Fespaco 2021 salué par les cinéphiles burkinabè, d’Afrique et du monde entier, ainsi que par les 1200 professionnels des médias qui ont retransmis ses moindres battements de cœur à travers le continent. Il repart avec l’objet de toutes les convoitises, cette statuette dorée qui donne les clés du toit de l’Afrique. 
« La fête a été belle malgré les obstacles liés à la crise sanitaire et à l’insécurité », a tranché Moussa Sawadogo, Délégué général du Fespaco, ovationné comme une rockstar avant et après son allocution, tant est grand le succès de cette édition 2021 sur laquelle pesaient des risques d’annulation à cause du Covid-19. Le succès de ce 27e Fespaco placé sous le thème : « Cinémas d’Afrique et de sa diaspora : nouveaux regards, nouveaux défis » a permis à cette manifestation cinématographique internationale d’emprunter une orientation fraîche d’innovations. Un visage neuf à confirmer à la 28e édition, annoncée du 25 février au 4 mars 2023, « Inchallah ! ». Triste note, le Cameroun repart sans trophée, autant dans les prix officiels que les prix spéciaux.

Palmarès Fespaco 2021

Section longs-métrages
Fictions

Etalon d'Or de Yennenga 
"La femme du fossoyeur", Khadar Ahmed (Somalie)
Etalon d'argent
"Freda", Gessica Geneus (Haïti)
Etalon de Bronze
"Une histoire d'amour et de désir", Leyla Bouzid (Tunisie)
Meilleur scénario 
"Les Anonymes", Mutiganda Wa Nkunda (Rwanda/France)
Meilleure image 
"This is Not A Burial, It's A Resurrection", Lemohang Jeremiah Mosese (Lesotho)
Meilleur son
"Freda", Gessica Geneus (Haïti)
Meilleure musique
"La femme du fossoyeur", Khadar Ahmed (Somalie)
Meilleur décor 
"La nuit des rois", Philippe Lacôte (Côte d'Ivoire)
Meilleur montage
"Souad", Ayten Amin (Égypte)
Meilleure interprétation féminine 
Zaïnab Jah, dans "Farewell Amor" (Tanzanie)
Meilleure interprétation masculine
Alassane Sy, dans "Le père de Nafi" (Sénégal)


Films documentaires
Etalon d'or

"Garderie nocturne", Moumouni Sanou (Burkina Faso)
Etalon d'Argent
"Marcher sur l'eau", Aïssa Maïga (Sénégal)
Etalon de Bronze
"Makongo", Elvis Sabin Gaïbino (République Centrafricaine)

Section courts-métrages
Courts-métrages fictions

Poulain d'Or
« Serbi (Les tissus blancs) », Moly Kane (Sénégal)
Poulain d'Argent 
"Amani", Fafin Alliah (Rwanda)
Poulain de Bronze
"Zalissa", Carine Bado (Burkina Faso) 
Courts-métrages documentaires
Poulain d'Or

"Ethereality", Gahigiri Kantarama (Rwanda)
Poulain d'Argent
"Je me suis mordue la langue", Nina Khada (France/Algérie)
Poulain de Bronze
"Nuit debout", Nelson Makengo (RDC)
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category