Forêts et faune : le temps de la réforme

Défendu samedi dernier par le ministre, Jules Doret Ndongo, devant la Commission de la production et des échanges, le projet de loi y relatif, qui est une révision de la loi de 1994, vise une meilleure protection du secteur.

 
Déposé le 19 juin dernier à l’Assemblée nationale en plénière, le projet de loi portant régime des Forêts et de la Faune, fait désormais l’objet d’un examen au fond de la part de la Commission de la production et des échanges. Ledit texte a ainsi été défendu le 22 juin dernier par le ministre chargé des Forêts et de la Faune, Jules Doret Ndongo.
Considéré comme une révision de la loi du 20 janvier 1994, ce projet de loi vient assainir la gestion des ressources forestières et fauniques, autant qu’il ambitionne de faire une meilleure protection de ces richesses. Aussi, consacre-t-il par exemple la fin de l’exportation du bois en grumes, l’obtention d’un agrément pour exercer toute activité forestière ou faunique à but lucratif. Ce texte mentionne également que « les ressources financières issues des activités sus-évoquées seront réparties, selon le cas, en fonction d’une grille spécifique, entre le Trésor public, les CTD, les communautés riveraines » et les différentes administrations sectorielles. Parmi lesquelles, « l’administration en charge des forêts et de la faune, l’administration fiscale et certains fonds spéciaux ».
Entre autres, objectifs visés ici, il y a l’accroissement de la contribution des ressources forestières et fauniques dans le Produit intérieur brut du pays,...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category