Violences à l’Est de la RDC : l’Ouganda accusé de soutenir le M23

Un rapport commandé par l’Onu fait état du soutien de ce pays aux rebelles.

Un rapport ordonné par les nations unies sur le niveau de violences à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) vient d’être rendu public. Le document dévoile le rôle de l’Ouganda voisin dans le conflit qui oppose les forces loyalistes de la RDC au groupe armé, le M23. Le document rapporte comment des officiels ougandais ont laissé les troupes du M23 et de l’armée du Rwanda transiter par l’Ouganda. Le rapport conclut « un support actif » de certains officiers de l’armée et du renseignement militaire ougandais.
Il ne s’agit pas que de transit sur les terres ougandaises. Le document signale que des responsables du mouvement armé se rendent souvent dans ce pays. Ainsi, indique-t-il que Sultani Makenga, le chef militaire du M23, a été signalé plusieurs fois cette année à Entebbe et Kampala. Corneille Nangaa, le chef de la branche politique, lui, a résidé un temps dans la capitale ougandaise. Il y aurait même tenu des réunions avec des représentants de certains groupes armés congolais, d’après l’enquête. Dans les 45 pages, est aussi évoquée l’intensification des activités du groupe ADF (Allied Democratic Forces) avec des attaques contre des civils, au Nord-Kivu et en Ituri. Les ADF sont actuellement en RDC le groupe armé le plus meurtrier puisque près de 1 000 victimes ont été recensées en 2023, selon les auteurs. Autre constat des experts : la montée de l’utilisation des enfants soldats dans les conflits à l’Est de la RDC. « Le recrutement d’enfants a atteint un niveau alarmant au début de l’année 2024 », pe...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category