Mpoo 2017: des réformes annoncées

Le président du comité d’organisation a sollicité l’adhésion des enfants de la communauté pour opérer de véritables changements.

«Consolidation et partage » était le thème de la 69e édition du festival Elog Mpoo qui s’est achevé le 10 décembre 2017. Fils et filles Elog Mpoo étaient massivement présents à ce  grand rendez-vous culturel et traditionnel.

  La cérémonie a eu pour cadre l’esplanade de la préfecture du département de la Sanaga-Maritime. Comme les années antérieures, l’aspect culturel a une fois de plus été mis en avant. Au menu, danses traditionnelles, épreuves de lutte, course de pirogues, élection de la reine de la grotte, etc

Pendant près de quatre heures, les autorités administratives parmi lesquelles le préfet de la Sanaga-Maritime, Fritz Dikosso Seme, les personnalités politiques, les chefs des 14 clans qui composent cette communauté et une forte délégation d’hommes d’affaires de la République tchèque ont replongé dans la tradition profonde de ce peuple de l’eau.

Ce public a eu droit a des danses telles que l’Okolo, le Nku Bisso’o,  le Bissima. Le groupe de danse qui a retenu le plus  l’attention est celui des jeunes danseurs d’Assiko. La lutte traditionnelle a opposé des lutteurs issus du canton Bakoko du Wouri, dans les catégories poids légers et poids lourds.

 Alphonse Mandoa a remporté la finale dans la catégorie de poids légers et  Gérard Eyoum  chez les poids lourds. La couronne de  reine de la grotte 2017 est revenue à  la jeune Milène Mag Etoupè.

Dans son allocution, le président du comité d’organisation, Joseph Jean-Paul Tjomb, a  expliqué que  l’assemblée coutumière et traditionnelle des Elog Mpoo (Actem) est un lieu où les jeunes sont en contact avec la tradition.

Raison pour laquelle il a demandé à ses frères et sœurs d’œuvrer pour la consolidation des acquis et d’adhérer aux vastes réformes économiques et sociales en cours.

Pour lui, les fils et filles Elog Mpoo doivent s’interroger sur leur héritage culturel. Le Pco a suggéré de faire de ce festival un levier de promotion des valeurs et identités du  peuple Mpoo. Il a aussi précisé qu’Edéa est une ville de mise en œuvre du multiculturalisme dans notre pays.

Avant le début des manifestations, la cérémonie a été confiée au Seigneur par une prière œcuménique dite par un prêtre catholique  et l’imam de la mosquée de la ville lumière.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie