Vœux de Nouvel an : Paul Biya prône une mondialisation à visage humain

En recevant les souhaits de Bonne année des membres du corps diplomatique et des corps constitués nationaux hier, le président de la République a plaidé pour l’organisation d’une conférence de haut niveau.


Ambiance très conviviale hier au salon des ambassadeurs et à la salle des banquets du Palais de l’Unité, où le président de la République, Paul Biya, recevait respectivement les vœux de Nouvel an du corps diplomatique accrédité au Cameroun et des corps constitués nationaux. Acte I d’une cérémonie qui en comportait deux, les vœux du corps diplomatique. Cette phase débute à 12 h avec l’entrée dans la salle du président de la République. Occasion traditionnelle pour le chef de l’Etat et les représentants de ces pays amis et organisations internationales accrédités au Cameroun, non seulement d’échanger des vœux à l’occasion de la nouvelle année, mais également de donner leurs points de vue sur la marche du monde. La cérémonie d’hier n’a pas dérogé à la règle. Elle a surtout été l’occasion pour Paul Biya de donner sa position, et partant celle de son pays, sur le monde, tel qu’il se présente aujourd’hui. Cela a été fait sous la forme d’une question posée aux diplomates : « Le monde peut-il continuer à évoluer dans un contexte de guerre commerciale, de défiance entre les Etats, d’incompréhensions entre gouvernants et gouvernés ? ». Certain de la réponse négative à une situation qui entrave la bonne marche de l’humanité, le président de la République a également fait des propositions pour en sortir. Elles tiennent en l’organisation d’une conférence internationale qui devrait « jeter les bases de « l’acte II de la mondialisation », selon les termes d’un éminent penseur. Car pour lui, celle-ci doit plus que jamais mettre l’homme et son environnement au cœur de toute activité économique. Une proposition qui intervient notamment dans un contexte où des fléaux comme le terrorisme, les changements climatiques, les mouvements migratoires et la montée du populisme ne cessent de gagner du terrain.
Par ailleurs, et comme il n’a jamais cessé de le faire, Paul Biya a dénoncé le manque de solidarité entre les Etats, non sans exhorter la communauté internationale à apporter des solutions aux tensions commerciales entre les grandes puissances. Sur le plan intérieur, le chef de l’Etat est revenu sur les efforts déployés pour un retour à la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Ceci s’est manifesté par un renforcement des mesures de sécurité dans la partie septentrionale du Cameroun en vue de faire plus efficacement face aux attaques de la secte terroriste Boko Haram. Sur ce plan, il a lancé un appel à l’ensemble des pays du bassin du lac Tchad « afin qu’ils se remobilisent et redoublent d’efforts pour mettre définitivement ces terroristes hors d’état de nuire ». Dans le cas des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, il a rappelé les mesures mises sur pied en vue d’envisager « à brève échéance, un retour définitif à la paix ». Au rang de celles-ci, le Grand dialogue national qui a abouti à des recommandations dont certaines sont aujourd’hui mises en œuvre avec les lois récemment adoptées par le Sénat et l’Assemblée nationale. « Ainsi, nos régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest bénéficient dans le cadre de notre République, d’un statut spécial répondant amplement aux aspirations de nos concitoyens qui y vivent ».
Une rencontre tenue du 30 septembre au 4 octobre 2019 qui a été saluée une fois de plus hier par la communauté internationale, par la voix du doyen du corps diplomatique, S.E Paul Patrick Biffot, par ailleurs ambassadeur du Gabon au Cameroun. « Le corps diplomatique se réjouit et vous félicite de la bonne tenue de ce Grand dialogue national, signe majeur d’apaisement à cette crise qui a réuni les Camerounais de bonne volonté et épris de paix et d’amour pour leur pays... Ainsi donc, M. le président de la République, vous venez de prouver une fois de plus au monde entier que vous êtes toujours à la hauteur des défis importants posés à votre beau pays», a souligné le doyen du corps diplomatique. Les diplomates en poste au Cameroun se sont du reste félicités du début d’implémentation des recommandations de cette rencontre, avec les lois récemment promulguées. 
L’acte 2 de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an au président de la République avait pour cadre la salle des banquets du Palais de l’Unité. Ici, ce sont les membres de près de 35 délégations, représentant les corps constitués nationaux, qui ont serré la main au président de la République. L’innovation cette année a été la présence de la délégation du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR) conduite par son coordonnateur, Francis Fai Yengo.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category