Politique

Dieudonné Monthé n'est plus

L'ancien ministre et 1er adjoint au délégué du gouvernement auprès de la Cud est décédé le 15 mai dernier à Douala des suites d'un Avc, à 73 ans.

La nouvelle est tombée vendredi 15 mai en matinée comme un coup de tonnerre sur la ville de Douala. Celle de l’annonce de la mort de Dieudonné Monthe, ancien ministre auprès du Premier ministre, chargé du Plan de Stabilisation (1992-1994) et ancien premier adjoint au délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala (Cud) il y a encore quelques mois. L’ancien haut commis de l’Etat a rendu l’âme des suites d’un accident vasculaire cérébral (Avc).
Dieudonné Monthé arrive au gouvernement (1992) à un moment où le Cameroun vit et traverse une crise économique sans précédent, doublée d’un vent de contestation politique qui va aboutir au retour au multipartisme. Avec l’équipe gouvernementale de l'époque, il va contribuer à la pose des premiers jalons qui vont permettre au pays, des années plus tard, de sortir de la tourmente et de retrouver un apaisement social certain.
A la Communauté urbaine de Douala où il a officié pendant une trentaine d’années, on garde de lui le souvenir d'un homme affable, courtois, calme, réservé, très disponible et plein de dignité. Une collaboratrice émue parle d'un « très grand homme ».
Le mouvement sportif national et notamment le football perdent, avec son décès, un de leurs plus dignes dirigeants. C'est lui qui a succédé à Ngassa Happi à la tête de l’Union sportive de Douala, qui va disputer, sous sa présidence, deux finales de coupe du Cameroun – contre Dihep di Nkam (1984) et le Canon de Yaoundé (1985). Dieudonné Monthé était, jusqu'à sa mort, membre du Comité des sages de l’Union sportive de Douala.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps