Politique

Accompagnement du processus : les assurances du Minat

Paul Atanga Nji a annoncé hier le déploiement de moyens adéquats pour l’organisation optimale du scrutin.

Le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji a dévoilé les mesures d’accompagnement de son département ministériel pour l’organisation de l’élection des conseillers régionaux du 6 décembre prochain. Face à la presse hier à Yaoundé, le Minat a annoncé que d’importants moyens légaux et sécuritaires seraient déployés afin d’assurer une organisation optimale de ce scrutin. En sa qualité d’agent du gouvernement dans les processus électoraux, le Minat a affirmé qu’il prendrait toutes les dispositions pour qu’Elections Cameroon (Elecam), organe technique chargée de l’organisation matérielle des élections, bénéficie de son soutien. « Nous veillerons à ce qu’un encadrement sécuritaire optimal pour que l’élection se déroule de manière sereine sur toute l’étendue du territoire ». En ce qui concerne le volet légal, Paul Atanga Nji a également rassuré  Elecam, relativement à, l’élection des chefs traditionnels. Il a alors promis de « rendre disponible, le fichier de la chefferie traditionnelle dans les délais prescrits par la loi, en vue d’une élection transparente et crédible ».
Le ministre de l’Administration territoriale a aussi mis en garde les éventuels fauteurs de trouble. A leur égard, il a convoqué les dispositions légales. Aussi, a-t-il rappelé les articles 111 et 114 de la loi de juillet 2016 portant Code pénal. Si la première se rapporte à la sécession, elle dispose cependant dans son alinéa 1 que toute personne qui porterait atteinte à l’intégrité du territoire, par quelque moyen que ce soit, « est punie d’un emprisonnement à vie ». Le second article quant à lui traite de la révolution. Là également, Paul Atanga Nji a indiqué les infractions qui pourraient éventuellement déboucher sur un emprisonnement à vie. Il s’agit notamment de la violence, de la modification des lois constitutionnelles, du reversement des autorités politiques évoquées par lesdites lois. « Avis donc à tous ceux qui appellent au boycott et à l’insurrection », a-t-il lancé.
Cette élection des conseillers régionaux en décembre prochain, marquera le renforcement du processus de décentralisation amorcé, ainsi que l’implémentation des recommandations du Grand dialogue national, a relevé le Minat. Il a enfin souligné qu’il s’agit de l’aboutissement d’un long processus électoral débuté en mars 2018, avec notamment l’élection sénatoriale suivie de la présidentielle en octobre de la même année, ainsi que le double scrutin législatif et municipal de février 2020
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps