Commandement traditionnel : le coup de pouce du président

Pour réparer le déséquilibre causé par les dispositions de la loi sur le financement des campagnes électorales, le chef de l’Etat vient de décider d’allouer une dotation spéciale aux chefs traditionnels.

« La surprise du chef » ; « Le président a décidé de réparer une injustice qui nous est faite par la loi » ; « Une importante bouffée d’oxygène pour une campagne électorale coûteuse ». Hier, les chefs traditionnels, candidats aux élections régionales de dimanche prochain, n’ont pas boudé leur plaisir et ont laissé éclater leur joie à la suite du communiqué du ministre de l’Administration territoriale qui a rendu publique la décision du président de la République d’accorder une dotation spéciale aux chefs traditionnels dans le cadre de la campagne électorale en cours. Comme ils le disent eux-mêmes, il s’agit là d’une décision qui vient réparer un préjudice que leur causaient les dispositions de l’article 285 de la loi n°2012/001 du 19 avril 2012 portant Code électoral sur le financement public des campagnes électorales concernant les élections des députés, des sénateurs, des conseillers régionaux ou des conseillers municipaux. Un financement qui n’est alloué qu’aux partis politiques. Ces derniers ont commencé à rentrer en possession de ces ressources le 24 novembre 2020. Ce qui n’était pas le cas pour les représentants du commandement traditionnel. Certains d’entre eux, approchés par CT, n’avaient pas manqué de relever que cette situation leur était préjudiciable dans le financement de leurs opérations de campagne électorale. Des remarques qui ont été entendues par le président de la République qui vient donc de décider de faire réparer l’injustice. En attendant éventuellement que les dispositions législatives concernées soient elles-mêmes revues.


Read also : Cameroon-Turkey : Outgoing Ambassador Bids Farewell

Mais au-delà d’un geste ponctuel du président de la République, c’est de l’attention que les chefs traditionnels n’ont eu de cesse de bénéficier de la part du chef de l’Etat qu’il est question. Depuis une vingtaine d’années, ces dépositaires des coutumes ancestrales ont été au cœur des préoccupations du président Paul Biya. C’est ainsi que la réforme constitutionnelle du 18 janvier 1996 assure la représentation des chefferies traditionnelles en prévoyant leur présence dans les Conseils régionaux. Ils seront ainsi 200 sur les 900 conseillers régionaux qui seront élus dimanche prochain, à raison de 20 par région. Puis, le 13 septembre 2013, le président de la République a signé un décret fixant les montants des allocations mensuelles accordées aux chefs traditionnels de 1er, 2e et 3e degré. Ceux-ci perçoivent respectivement 200 000, 100 000 et 50 000 F. Un acte qui est encore venu marquer la reconnaissance du chef de l’Etat pour le rôle essentiel d’auxiliaire de l’administration joué par les chefs traditionnels camerounais. Depuis hier, c’est un nouveau pas qui vient d’être franchi par le président de la République dans ses réalisations en faveur de l’autorité traditionnelle.


Read also : CHAN 2020 : le « merci » des volontaires à Paul Biya

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category