« Des saisies systématiques ont été instruites »

Théophile Nguia Beina, Secrétaire général des services du Gouverneur de l'Est

Quels sont les types d'armes illicites en circulation dans la région de l'Est?


Read also : Cameroon-Turkey : Outgoing Ambassador Bids Farewell

Les différentes informations reçues de nos éléments sur le terrain, plusieurs types sont régulièrement saisis chez des personnes n'ayant pas le droit de les posséder. Il s'agit des armes de fabrication artisanale, des armes de chasse et quelquefois, des armes de guerre. Généralement, ces armes sont impliquées dans des actes de braconnage. Nous avons de nombreux parcs à l'Est qui connaissent l'assaut des braconniers. Beaucoup de ces armes qui ont été introduites par les pays voisins sont de plus en plus utilisées dans les braquages, les enlèvements et les prises d'otages avec demande de rançon.


Read also : CHAN 2020 : le « merci » des volontaires à Paul Biya

Quelles sont les mesures prises pour combattre ce fléau?


Read also : Bafut : le BIR reconstruit la sous-préfecture

L'ONU, l'Union africaine et le gouvernement camerounais ont décidé depuis plusieurs années de mener une action forte visant à faire disparaître ce phénomène. Pour réduire ce phénomène, des instructions ont toujours été données pour lutter contre ce fléau. Il a clairement été demandé aux forces de maintien de l'ordre et même aux responsables des forêts et de la faune de procéder à la recherche et à la récupération de ces armes illicites pour que les procédures prévues par la réglementation soient suivies. Toutes les autorités administratives de la région de l'Est ont été instruites de procéder à la saisie systématique des armes étant en possession des personnes n'ayant pas qualité. Je rappelle que pour avoir une arme, il faut une autorisation d'acheter et un permis de port de cette arme.


Read also : Exécutifs municipaux : un an, quel bilan

Que faites-vous des armes saisies?


Read also : Douala : des changements perceptibles

La réglementation prévoit que les armes illicites saisies sont mises sous scellés. Après toutes les procédures, ces armes sont rétrocédées aux autorités administratives. Celles qui ne sont pas conventionnelles ou hors d'usage sont détruites en présence d'une commission mise sur pied par l'autorité administrative. 


Read also : Bafoussam : chantiers ouverts

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category