Tchad-Cameroun : synergie pour fluidifier le corridor

Les deux pays ont pris des résolutions jeudi à Douala, afin de résoudre les problèmes rencontrés par les transporteurs.

Le corridor Douala-N’Djamena, qui s’étire sur 1500km, n’est pas un long fleuve tranquille pour les usagers qui l’empruntent. Dégradations et tracasseries routières font l’objet de plaintes de la part des transporteurs des deux pays. Pour remédier à la situation, les ministres des transports camerounais, Jean-Ernest Massena Ngalle Bibehe et tchadien, Fatimé Goukouni Weddeye, ainsi que d’autres acteurs se sont retrouvés jeudi dernier à Douala. Après cinq heures de débat, des résolutions ont été adoptées. Notamment, la relecture de la convention sur la commission mixte intégrant les nouveaux aspects portant sur le transport routier entre le Tchad et le Cameroun, l’officialisation du corridor Kribi-N’Djamena, la finalisation du processus d’interconnexion des systèmes douaniers, la nécessité d’accélérer la relecture du code communautaire de la route en zone Cemac, la mise sur pied effective d’une structure mixte en charge de l’observatoire de la sécurité routière au Cameroun.
Il est aussi question de mettre un terme aux surcharges fantaisistes observées au niveau des ponts bascules, de faciliter l’acheminement des marchandises vers les ports secs, de vulgariser les différents bureaux de fret tchadiens et camerounais, poursuivre des discussions entre les douanes des deux pays en vue de résoudre les problèmes soulevés, envisager l’harmonisation  de la lettre de voiture internationale, prendre en compte les préoccupations relevées par les transporteurs camerounais, relancer la tenue de la 5e session du CamTchad en vue d’affiner et de suivre les projets. Après ces résolutions, les deux parties ont pris l’engagement de les approfondir, dans une commission technique.
A l’entame des travaux, elles ont exprimé leurs convergences de vues sur l’amélioration du trafic sur le corridor et sur la résolution de certains conflits menaçant les liens d’amitié et de fraternité entre les deux pays. Le Mint a rappelé les résolutions des précédentes rencontres, prescrivant check-points, pesages et respect de la législation. Il a également évoqué la relecture de la convention sur ladite commission, qui devra intégrer les dispositions transitoires. Le Mint a en outre rappelé l’impact négatif des accidents de la route sur le PIB (800 milliards de pertes par an) et invité les acteurs du transport sous-régional à faire des propositions pratiques et constructives pour dynamiser le trafic sur ce corridor.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category