Responsive image

Maladies du foie: les enfants aussi

24 heures
Yvette MBASSI-BIKELE | 02-03-2018 10:56

Les faits

Les spécialistes de la santé s’inquiètent de voir chez des sujets de bas âge apparaître des affections qui n’étaient observées auparavant que chez des alcooliques.

Les spécialistes du foie tirent la sonnette d'alarme, à l’occasion de la « Journée jaune » célébrée chaque premier vendredi de mars depuis huit ans. Ils voient apparaître chez bon nombre d’enfants des précirrhoses du foie avec lésions cellulaires, dénommées « Nash ». Ces affections, jusqu’à récemment, n’étaient observées que chez les malades alcooliques.

Selon des données disponibles à l’Oms, 3 à 11% des enfants seraient concernés dans les pays occidentaux. Dans notre pays où les statistiques ne sont pas toujours disponibles, on ne serait guère bien loin de ces eaux-là. Le trait commun entre les enfants touchés : l’obésité.

Sodas et sodas light, régime riche en graisses saturées et en cholestérol ou pauvre en graisses insaturées, en fibre et en vitamines C et E. Voici le tableau alimentaire qui fait bondir les hépatologues.

Dans leurs cabinets, un nombre croissant d'enfants en bas âge déclenche des maladies du foie favorisées par les excès de sucre et de matières grasses saturées. « Bien des parents cultivent de mauvaises habitudes alimentaires chez leurs enfants. Ces derniers sont généralement accros aux sucreries et ne prennent véritablement pas bien les repas.

Et ce n’est pas sans conséquence dans la santé des enfants », relève une puéricultrice. « La stéatose correspond à une accumulation d'acides gras sous forme de triglycérides dans le foie. La stéatohépatite non alcoolique, -surnommée « syndrome du foie gras »-, est susceptible d'évoluer en silence vers une cirrhose et/ou un cancer du foie », explique un médecin.

Pour les spécialistes, il y a donc urgence à renverser cette tendance qui progresse parallèlement à l'augmentation du surpoids, de l'obésité et du diabète dans le monde. Ces trois critères constituent les facteurs de risque de développer une stéatose précoce, mis à part le facteur génétique qui s'est révélé fréquent chez les parents d'enfants obèses ou entre jumeaux.

« Une meilleure compréhension des facteurs de risque et des mécanismes de l'atteinte du foie devrait permettre d'identifier de nouvelles cibles thérapeutiques.

Parallèlement, il est urgent de renforcer l'information et la prévention des risques de stéatose métabolique auprès des enfants et de leurs parents », soutient un chercheur.
 

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter